Et le rèves devient relatité
Et le rèves devient relatité

Au début, le rêve n’offrait qu’un tableau confus dans lequel tout se heurtait: bâtisse, théâtre, instruments, musique, livres… étaient là, pêle-mêle. Il était temps de se lancer ! Et le rêve d’un seul homme devint alors l’objectif d’une Association: « As Sawt El Atiq » (la Voix d’Antan).

plus »
Ecole Pour Musique & Arts

CONCERT : "LE CHANT LIBANAIS EN FRANCHE-COMTÉ"

plus »

Quoi De Noeuf

Qolo a Pontarlier

Qolo a Pontarlier

CONCERT : "LE CHANT LIBANAIS EN FRANCHE-COMTÉ"

» plus

Nouveau Radio Qolo Application sur IPhone

Nouveau Radio Qolo Application sur IPhone

Cliquer ici pour telecharger Radio Qolo sur votre IPhone et entendre nos Diverses Hymns et Chansons.

» plus

Subito Trio En Concert

Subito Trio En Concert

Subito Trio En Concert le 23 Septembre 2012, au Couvent Notre Dame De Secours, Jbeil.

» plus

Cours De Langue Syriaque

Chers membres de la chorale, pour ceux qui desirent, un cours de langue syriaque sera donne chaque mardi a 19h precises avant les repetitions.

» plus

Quoi De Noeuf

Farhitna

Farhitna
Voici un nouvel album du père Miled Tarabay: "Farhitna. Chants pour la célébration du couronnement nuptial maronite".
Des hymnes magnifiques, inspirés pour la plupart des Saintes Écritures, et relatant un événement autant religieux que social, un moment de la vie humaine que Dieu a sanctifié et auquel Il a donné des dimensions dépassant le fait social en tant que tel, il s'agit du Mariage.

Au Liban en général et dans l'Église syriaque maronite en particulier, les cérémonies qui accompagnent les Sacrements prennent une ampleur considérable. En effet, le mariage ne concerne pas seulement les deux jeunes gens qui ont décidé de partager la vie et de ne faire qu'un; c'est aussi un événement communautaire : toute la communauté, voire tout le village, participe à cette " fête ". La cérémonie de couronnement est entourée de préparatifs (chants, musiques, danses,....) et d'une ambiance de fête collective, d'où le nom de l'album, Farhitna, qui signifie: "notre joie".
La cérémonie religieuse, quant à elle, est plus sobre et bien moins musicale.
L'assemblée ne participe pratiquement pas: elle attend et entend; écoute même quelques airs étrangers ou bien des passages symphoniques empruntés à la musique occidentale.

Le père Miled Tarabay nous propose donc cet album dans le but d'enrichir le répertoire musical maronite et de donner un rôle plus important à la communauté qui accompagne les deux jeunes mariés dans leur engagement devant Dieu.
Dans le présent album, la fête collective (Farhitna) se concrétise par des textes arrangés ou écrits par le révérend père Jean Khawand. Dans le premier chant, le jeune homme emprunte des versets au Cantique des Cantiques pour inviter sa bien-aimée: "Viens du Liban, O fiancée, ...Tu es toute belle. Viens du Liban". Et la jeune fille pour répondre à cette invitation imprégnée d'amour et de respect continue le même cantique pour chanter : " Mon bien-aimé est à moi, et je suis à lui,...Son aspect est celui du Liban. Il est sans rival comme les cèdres. Tel est mon bien-aimé ".
Dans le troisième chant (chant de l'encens), la communauté invoque le Seigneur en Lui demandant de bénir ce mariage et en chantant d'une seule voix : " Seigneur, accompagne les nouveaux mariés. Accorde-leur Ta grâce et Ta paix. Confirme-les dans la voie de Ta vérité. Tous les jours de leur vie... ".

De même dans le chant " Farhitna " (n°12) tiré de l'ancien rite maronite et traduit de la langue syriaque: "Quelle grande joie dans notre famille et chez nos voisins. O joie, chante, vole, portée par le son des cloches de nos églises.
Seigneur, bénis notre joie". Et le Seigneur qui écoute toujours ceux qui L'invoquent répond dans le chant de la promesse (n°6) : "Telle est Ma nouvelle alliance avec vous: J'habiterai parmi vous; et Je ferai l'univers nouveau".

Du point de vue musical, cet album nous présente, encore une fois, le père Tarabay à la recherche d'authenticité. À travers ses compositions, il tente de dévoiler l'identité du chant maronite, de montrer au monde la profondeur et la richesse d'un répertoire si antique et si précieux. Ce travail témoigne que la réforme et le renouveau peuvent et doivent rester fidèles à la tradition.

Les chants, par leur simplicité, respectent le style de la musique traditionnelle maronite : mouvement conjoint, syllabisme, rythme lié à la poésie et utilisation d'instruments propres à l'Église syriaque maronite : naqus (sorte de triangle) et Snuj (cymbales). Ce respect n'élude pas l'utilisation des instruments et des techniques en usage dans la musique actuelle du Proche-Orient; au niveau des instruments: nay (flûte de roseau), 'ud (luth), qanun (cithare), kamanja (violon)... et au niveau du jeu: taqsim (improvisation instrumentale) avant les chants.

En d'autres termes, cet album concilie l'ancien et le nouveau, l'enthousiasme et le recueillement, le dialecte libanais et l'arabe littéraire, des textes et des hymnes bibliques et des poésies dialectales de style populaire composées spécifiquement pour cette oeuvre.

L'originalité de cet album repose sur l'interférence entre d'une part, le style populaire et profane de la musique traditionnelle libanaise et, d'autre part, le style sacré syriaque de l'Église maronite.

Merci, père Miled Tarabay, de nous avoir offert cet album qui enrichit le répertoire musical de l'Église syriaque maronite. Et merci également aux membres du groupe s-Sawt el-'ati' (la Voix d'Antan), solistes, choristes et instrumentistes qui ont contribué, avec beaucoup de professionnalisme, à sa réalisation.
P. Badih El Hajj

 

«Production

Calendar

Newsletter